Vous êtes peut-être également victime de logements inoccupés dans votre quartier? Dites-le nous et soutenez le point de contact!

A l'époque, le bâtiment sur le coin du boulevard de Dixmude était un snooker : il est inoccupé depuis au moins trois ans (ndr maintenant 5 ans). Un copain voulait ouvrir une salle de billard et s'est informé auprès du propriétaire, mais celui-ci n'a jamais réagi. Une épine dans le pied du quartier.

Anonyme — Point de contact Bruxellesinoccupe.be

C'est logique que la plupart des communes n'agissent pas contre l'inoccupation. Généralement, elles sont co-responsables du problème. Espérons que la Région s'y mette enfin.

Thijs S. — Brusselnieuws.be

Selon les estimations, 15.000 à 30.000 logements sont inoccupés à Bruxelles. Ce n'est pas très intelligent de développer une politique sur base d'une situation si mal connue.

Béatrice Laloux — Directrice du Syndicat National des Propriétaires et Copropriétaires

Chaque commune a développé ses propres critères en matière d'inoccupation en toute indépendance. (...) C'est comme si chaque soldat partait séparément à la guerre sans encadrement commun.

Nicolas Bernard — Professeur de Saint-Louis dans "La lutte contre la vacance immobilière"

Les logements inoccupés à l'entour ont un impact sur l'ensemble de mon quartier. Ils sont entourés de mauvaises herbes et les façades attirent les détritus : le quartier présente de fait un aspect délabré qui augmente le sentiment d'insécurité. Et cette insécurité est devenue réalité lorsqu'un morceau de balcon d'une maison abandonnée est tombé sur le trottoir quelques rues plus loin.

Matthias V. — habitant de Schaerbeek

La propriétaire d'un beau bâtiment inoccupé dans l'avenue du Karreveld répondait toujours aux lettres de la commune : sa présence était donc confirmée pro forma. Impossible de ce fait d'imposer une taxe d'inoccupation. Différentes visites de la police ont finalement permis de rayer le domicile de la propriétaire, mais maintenant il semblerait qu'elle est introuvable. Comment poursuivre quelqu'un qui a disparu?

Cassio Lopes et Michel Renard — service immeubles inoccupés de Molenbeek-Saint-Jean

Un certain déséquilibre s'installe. Depuis quelques années, le marché des bureaux bruxellois enregistre un trop-plein. C'est simple: on construit trop de bureaux.

Serge Fautré — CEO société immobilière Cofinimmo

 

En image

Facebook

Sur Twitter

Presse